Les élections communales de Neupré en LIVE !

Le 14 octobre, vivez les résultats des élections communales de Neupré en LIVE !

Vos futurs élus Iccdh vous commenteront en direct les résultats : les votes de préférence, la distribution des 21 sièges, le nombre de votes par liste,…

Et, orange sur le gâteau, vous connaîtrez peut-être en LIVE votre prochain Bourgmestre !

RDV dès 18 h sur notre site web www.iccdh-neupre.be ou rejoignez-nous à la salle banquet dès 18h.

Avec l’Iccdh, l’exclusivité, c’est vous !

Soyons fair-play, quelques rappels de civilité

Une BCS n’est pas une piste cyclable et fait donc partie intégrante de la chaussée, l’automobiliste peut y circuler et se garer dessus, et le cycliste n’est pas contraint de l’utiliser.  Elle ne bénéficie d’aucun statut juridique particulier.

Son marquage est constitué des pictogrammes vélo et chevrons.

Il n’est peut-être pas inutile de rafraîchir nos mémoires sur la signification légale de certains signaux :

Piste cyclable obligatoire

 

 

Partie de la voie publique réservée à la circulation des piétons et des cyclistes.

N.B. : les cyclotouristes circulant en groupe de 15 participants minimum ne sont pas tenus d’emprunter les pistes cyclables.

 

Passage étroit; priorité de passage par rapport aux conducteurs venant en sens opposé.

 

 

Passage étroit ; obligation de céder le passage aux conducteurs venant en sens opposé.

 

 

Chemin réservé à la circulation des piétons, cyclistes et cavaliers. Ce signal peut être adapté en fonction des catégories d’usagers admises à circuler sur ce chemin, comme les véhicules agricoles.

 

Stationnement interdit,  à savoir immobiliser un véhicule au-delà du temps requis pour l’embarquement ou le débarquement de personnes ou de choses.

 

Stationnement obligatoire sur l’accotement ou sur le trottoir.

 

 

 

Il est interdit de stationner (entre autres) :

  • aux endroits où les piétons et les cyclistes doivent emprunter la chaussée pour contourner un obstacle

Il est interdit de s’arrêter et de stationner (entre autres) :

  • sur les trottoirs
  • sur les pistes cyclables
  • sur les passages pour piétons, pour cyclistes
  • en ne laissant pas, aux piétons, une bande praticable d’au moins un mètre cinquante de largeur du côté extérieur de la voie publique

Nollet remet le projet du CPAS à plus tard

Communiqué de presse de Michel de Lamotte
Député cdH du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Bruxelles, le 25 septembre 2012
Accueil de la petite enfance
Le ministre Nollet remet à plus tard !

Michel de Lamotte, député cdh au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a interrogé mardi Jean-Marc Nollet, ministre de l’enfance, au sujet du plan SEMA (Synergies employeurs milieux d’accueil) et plus précisément sur le projet de création de places d’accueil du CPAS de Neupré. L’objectif : établir un partenariat de minimum 2 ans avec des employeurs pour créer de nouvelles places dans les crèches.

Cette question fait suite à une première interpellation en juin dernier. Le député s’était en effet étonné que le projet ait dû être suspendu alors que le Ministre Antoine avait marqué son accord sur les futurs emplois APE nécessaires à la réussite du projet et que le Ministre Marcourt avait dégagé un subside de 75.000€ pour l’infrastructure.

Le Ministre Nollet s’était engagé, en discussion avec l’ONE, à trouver une solution pour la fin du mois de septembre. Force est de constater qu’aucune solution n’a été proposée et qu’une réponse ne sera probablement pas donnée avant la fin de l’année 2012. Le ministre relègue en effet le dossier au plan Cigogne 3.

Pour Michel de Lamotte, ce retard est d’autant plus regrettable qu’au regard du contexte démographique, il est nécessaire de maintenir et de diversifier les efforts en matière d’offres d’accueil de la petite enfance, notamment via des projets tels que celui du CPAS de Neupré.  Il entend revenir à la charge pour que ce projet, qui a déjà passé des étapes de concrétisation, débouche sur une conclusion positive. Les habitants de Neupré n’ont plus qu’à prendre leur mal en patience…

Vous trouverez ci-joint, la question et la réponse.

Contact : Michel de Lamotte
Député cdH du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles
04/252.02.32 – 0476/90.84.56
mdelamotte@skynet.be

24 septembre 2012 – Question orale au vice-président et ministre de l’Enfance, de la Recherche et de la Fonction publique

Question : M. Michel de Lamotte (cdH). – Si l’offre d’accueil de la petite enfance ne cesse d’augmenter en Fédération Wallonie-Bruxelles, nous savons, au regard du contexte démographique, l’importance et la nécessité de maintenir les efforts pour l’accroître davantage mais aussi pour la diversifier afin de répondre aux défis démographiques, économiques et sociaux de demain. C’est notamment et à ce titre que le 11 juin dernier, je vous interrogeais sur l’évaluation du plan Sema, sur la manière dont les communes et employeurs en sont informés, ainsi que sur le projet du CPAS de Neupré de créer des places.

Nous ne reviendrons pas sur les deux premiers volets. En revanche, nous souhaiterions nous attarder sur le CPAS de Neupré qui, malgré l’octroi de points APE, disponibles chez le ministre de l’Emploi, et de subsides pour les locaux, déjà attribués par le ministre de l’Économie, se voyait contraint d’abandonner ou en tout cas de postposer ce projet alors que les travaux avaient déjà été réalisés.

Avant l’été, vous nous avez expliqué que l’ONE avait été sollicité par le CPAS de Neupré à la fin 2009 mais qu’à ce moment l’enveloppe budgétaire du plan « Sema » était épuisée, les subventions étant octroyées par ordre chronologique des demandes. Néanmoins, vous nous apportiez une réponse rassurante en annonçant être à la recherche, avec l’ONE, d’une solution pour ce projet avec l’espoir d’aboutir lors de la rentrée parlementaire.

Dès lors, avez-vous trouvé une solution pour ce projet de création d’une maison communale d’accueil de l’enfance à Neupré ? Si oui, quelle est-elle ?

Réponse : M. Jean-Marc Nollet, vice-président et ministre de l’Enfance, de la Recherche et de la Fonction publique. – Comme je viens de le dire, nous travaillons à l’élaboration d’un plan «Cigogne 3 ». Il vise à ouvrir de nouvelles bases d’accueil, en ce compris en Sema, à l’horizon 2020-2022.

À l’heure actuelle, l’enveloppe budgétaire consacrée au Sema du plan « Cigogne 2 » est épuisé. Par conséquent, il nous est impossible d’apporter une solution immédiate au projet spécifique de Neupré. Cependant, afin de ne pas attendre la décision relative au plan «Cigogne 3 », je travaille avec l’ONE sur une autre piste qui sera négociée lors des travaux budgétaires d’octobre.

Réponse : M. Michel de Lamotte (cdH). – Je prends acte du retard par rapport à ce que vous aviez annoncé au mois de juin. Je regrette que la situation ne soit pas résolue cette année.

Actions du CPAS de Neupré

-> Gestion en « bon père de famille »
-> Pas d’interventions supplémentaires de la commune
-> Nombreux services rendus
-> Diminution de la solitude
-> Aide au maintien à domicile des personnes âgées…

Le service d’aide générale

Il s’adresse à toute personne confrontée à une situation critique qu’elle ne peut résoudre seule. Le travailleur social l’aidera à trouver une solution pour surmonter ou améliorer ses difficultés en n’agissant pas à sa place mais avec elle afin de respecter toute sa dignité. Il posera un diagnostic précis sur l’existence et l’étendue du besoin d’aide et proposera les moyens les plus appropriés d’y faire face. L’aide peut être tant financière que non financière : conseils, informations, démarches, guidance psycho-sociale, guidance budgétaire,…

Les initiatives locales d’accueil

Il s’agit de structures d’accueil pour candidats réfugiés politiques faisant l’objet d’une convention avec le Ministère Fédéral des affaires sociales qui accorde des subsides couvrant la totalité des frais engendrés.

Le CPAS est agréé pour 11 places dans 2 maisons, 4 à Neuville et 7 à Rotheux. Les personnes accueillies sont hébergées le temps qu’une décision soit prise dans le cadre de leur procédure d’asile et bénéficient d’une aide matérielle. Elles sont encadrées et aidées dans leur intégration par des travailleurs sociaux.

L’insertion socio professionnelle

Le service d’insertion socio professionnelle accompagne toute personne bénéficiaire du revenu d’intégration dans son projet de vie.

Il a pour objectif de placer la personne comme acteur premier dans la construction d’un projet professionnel ou autre.

Pour y parvenir, le service invite chacun à progresser dans la connaissance de soi, de ses qualités et ses défauts, de ses idéaux et sa réalité.

Un travailleur social soutient et accompagne chacun dans son projet qu’il s’agisse d’une formation, d’une recherche d’emploi, d’une mise au travail,… en collaboration avec des acteurs de terrain comme le FOREM, des centres de formation, des entreprises d’insertion,…

L’aide juridique

Sur rendez-vous un avocat peut donner un conseil juridique. Ce service est accessible à tous les habitants de Neupré et est assuré une fois par mois en collaboration avec le barreau de Liège.

L’accueil toxicomanie : « N.T.A. – Neupré Toxicomanie Accueil »

Ce service accueille et assure le suivi psychologique des toxicomanes et de leur famille. Il envisage les assuétudes (alcool, médicaments, drogue,…) dans sa globalité et met l’accent sur la collaboration pluridisciplinaire entre intervenants concernés par une même situation. Il est assuré par un toxico thérapeute qui tient des permanences tous les mercredis sur rendez-vous. Ce service est organisé en partenariat avec l’A.I.G.S. (l’Association Interrégionale de Guidance et de Santé)

La médiation de dettes

Ce service s’adresse aux personnes rencontrant des problèmes de surendettement. L’objectif est de permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine tout en continuant à respecter ses engagements.

Le Taxi social

De 5 à 8 courses par jour…

Service permettant à tout habitant de Neupré de se rendre dans les commerces locaux, accomplir diverses démarches administratives, rendre visite à ses proches, en maison de repos,… Des déplacements peuvent se faire dans le cadre d’activités de loisirs ou de participation avec des groupes sociaux. Les personnes sont prises et reconduite a domicile. Les trajets sont facturés à 0,30 euros/km. Le temps d’attente sera de 5 euros/heure. Le premier 1/4 d’heure est gratuit.

Service d’aide et de dépannage « Salopettes services » – IDESS

En 6 ans, IDESS est passé de 50 à 220 bénéficiaires…

Des ouvriers peuvent effectuer des petits dépannages à domicile, des travaux de peinture et de tapissage. L’été, la priorité est donnée aux tontes de pelouses, aux tailles des haies. L’évacuation des déchets est assurée.

Le service s’adresse aux personnes à faibles revenus et le prix est calculé en fonction des revenus.

Maison communale d’accueil de  l’enfance (MCAE)  « Couleur bébé »

12 lits occupés en permanence…

Places d’accueil au sein d’une petite collectivité d’enfants au sein d’une structure adaptée, avec une équipe de puéricultrices. L’équipe travaille dans le respect du projet d’accueil du service suivant le code de Qualité de l’Accueil. La participation financière est calculée en fonction des revenus des parents suivant le barème de l’ONE.

Le service d’accueillantes d’enfants : « Neupré bambins »

Pour leur(s) enfant(s) de 0 à 3 ans, les parents peuvent trouver une place d’accueil chez une accueillante d’enfants conventionnée et agréée par l’ O.N.E. La participation financière des parents est calculée en fonction de leurs revenus, selon le barème en vigueur dans les milieux d’accueil ONE.

Le service d’aides familiales et ménagères : «le mieux être familial»

Le service d’aides familiales et ménagères aide à accomplir tous les gestes de la vie quotidienne, favorise le bien-être, l’autonomie et assure le maintien à domicile. Les aides ménagères assurent l’entretien de votre maison. Les prestations sont adaptées aux demandes et aux besoins Ce service est accessible aux personnes à faibles revenus et la participation financière est calculée en fonction des revenus du ménage.

Le service de repas à domicile

En 6 ans, nous sommes passés de 500 à 1150 repas par mois!

Des repas équilibrés sont servis chauds ou froids 3 fois par semaine et comprennent un potage, une viande ou du poisson, un légume, un féculent et un dessert. Le service est accessible à tous et le prix du repas est calculé en fonction des revenus.

Cyber Neupré

Plus de 1200 contacts par an…

Espace public numérique ouvert du lundi au vendredi de 9h00-12h00 et de 14h00-16h00. Formations tout au long de l’année

Transport collectif – « Le petit car »

2 fois par semaine des trajets sont organisés vers le centre commercial de Boncelles, 1 fois par mois vers le complexe commercial de Nandrin et 6 fois par an vers le complexe commercial de Belle-Île. Service accessible à tous les habitants de Neupré au prix de 3 euros/aller-retour pour Boncelles; 2,5 euros pour Nandrin et 6 euros aller/retour pour Belle-Île.

 

Les sangliers sont de moins en moins farouches

Logeant dans les forêts proches de lotissements mais aussi dans des zones comme
les réserves naturelles ou les parcelles non bâties, leurs fréquentes visites dans les
jardins de riverains peuvent poser de gros problèmes. Sans parler des risques de
sécurité sur les routes proches.

La commune de Neupré en est bien consciente, mais que faire en pratique ?

Quelques explications :

La ville de Seraing, dont le tiers de la surface est constitué de bois (soit 1.300
hectares), a interdit la chasse pendant plus de 25 ans afin de ne pas troubler la
quiétude des promeneurs ! La chasse est aujourd’hui rétablie sur seulement la moitié
de ses bois et dans des conditions très strictes qui limitent la marge de manœuvre
des chasseurs.

A Neupré, le bois de Gérardchêne et la forêt domaniale de Nomont sont loués à un
chasseur. La responsabilité de la commune n’est pas engagée.
Elle ne peut donc être tenue pour responsable des dégâts causés par les sangliers
et a d’ailleurs toujours été mise hors de cause par le Juge de Paîx qui traite ces
matières.
La commune de Flémalle loue pour sa part ses bois communaux à un chasseur afin
de réduire la population de sangliers.

Elle a fortement augmenté pour plusieurs raisons.
D’abord, à cause du réchauffement climatique ; les spécimens les plus faibles ont
survécu aux hivers.
L’utilisation plus répandue du maïs est un autre facteur important.
Enfin, il y a de moins en moins de zones de chasse là où l’urbanisation gagne du
terrain (pour la sécurité des personnes, la chasse n’est pas autorisée aux abords des
habitations, là où parfois les sangliers vivent.)
Paradoxalement, ce sont les riverains qui demandaient, voici trente ans, qu’on
supprime la chasse près de leurs habitations qui réclament qu’on l’autorise
aujourd’hui.
Les composts très en vogue sont autant de garde manger pour nos envahisseurs. Ils
sont en effet riches en lombrics qui sont une source de protéines pour les sangliers.

Sous le Ministre Happart (PS) le nombre de jours de chasse était passé de 270 à 90
jours, ce qui laissait une paix royale aux sangliers.
Monsieur Carlo Di Antonio (Cdh), Ministre de l’Agriculture, de la Ruralité, de la
Nature, de la Forêt et du Patrimoine prépare un projet de 25 mesures visant à réduire
de moitié la population de sangliers dans les prochaines années.

Pour Neupré en particulier, les cahiers de charge de divers lotissements prévoient
que les propriétaires ont l’obligation de clôturer leur propriété pour y empêcher
l’incursion de tout gibier.

La commune de Neupré a également passé un accord avec le locataire de chasse
des bois « dits » de Cockerill afin de poser une clôture parallèle à l’avenue de la
Chevauchée afin de protéger cette zone. Cela a été fait.

Les sangliers ne sont pas des animaux domestiques, même s’ils deviennent de
moins en moins farouches ; ne les nourrissons pas !
Une bonne cohabitation s’impose donc.

Anne-Catherine Evrard-Carbonnelle

Marquage routier

De nombreux citoyens sollicitaient une sécurisation accrue des carrefours, abords d’école…

Aussi, le service travaux ne disposant pas du matériel nécessaire, j’ai proposé au Collège et au Conseil Communal de disposer d’un budget pour un marquage conséquent et de qualité (50.000 euros).

Neupré a, ainsi, vu fleurir là des « zones 30 », là des croix de Saint-André ou encore des interdictions de stationner ou emplacements réservés aux handicapés.

Afin de sécuriser le personnel du service travaux, les lignes continues et discontinues des routes de Seraing,  Bonsgnée ou Berleur ont été aussi confiées à une entreprise privée.

D’ici peu, une BCS (bande cyclable suggérée) sera tracée rue Fine Pierre afin d’amorcer la liaison modes doux : Arbois – centre de Plainevaux

Jean-Pascal D’Inverno
1er Echevin ayant en charge les Travaux

Le Domaine de Neuville-en-Condroz, une identité de cité-jardin à préserver !

Voilà plusieurs mois voire années, que la CCATM, tout comme le service urbanisme et son échevin, s’interrogent sur le devenir du Domaine.

Faut-il le protéger, le préserver, si oui comment ?

Contrairement à d’autres cités-jardins en Belgique, le Domaine ne fait pas l’objet de mesures de protection et sa valeur patrimoniale ne bénéficiait d’aucune reconnaissance officielle.

Par l’intermédiaire de son Président, Monsieur Edouard David, un mémoire de fin de master ingénieur-architecte fut proposé et remarquablement élaboré par Mademoiselle Julie Renaux de l’ULg (actuellement chercheuse).

Elle mena son étude afin de dégager les éléments qui confèrent au Domaine toute sa valeur, tant patrimoniale qu’architecturale et qui, par extension, justifieraient sa conservation.

On peut s’interroger sur la stratégie à adopter pour conserver sesqualités et en particulier sa cohérence d’ensemble.

Pour ce qui est des venelles, un projet de revalorisation a été mené à bien par la Commune, collaboration entre les services travaux, agence de développement local, les habitants, projet soutenu par la Fondation Roi Baudouin dans le cadre du programme « quartier de vie ».

En ce qui concerne la transformation des bâtiments existants, une réelle prise de conscience s’impose.

CCATM, service urbanisme et environnement comme son échevin, sont pour adopter un règlement zoné pour le Domaine,en concertation avec ses habitants.

La prochaine étape sera la présentation de son mémoire remarquable par Mademoiselle Renaux, au Coude-à-Coude,concrétisation du réel esprit de communauté qui a animé les pionniers du Domaine !

Pour en savoir plus, il suffit de consulter le Trimestriel du développement territorial août 2012 n° 82 SPW Editions, disponible à la bibliothèque communale de Neupré à Plainevaux, rayon Mémoires de Neupré, demander Jean Mertens (membre CCATM et Mémoire de Neupré)

Jean-Pascal D’Inverno
1er Echevin Urbanisme & Environnement

« Rendez-vous sur les sentiers » le dimanche 28 octobre 2012

Vu le succès de l’organisation des précédentes balades, le Collège a décidé de participer au projet « Rendez-vous sur les sentiers » lancé chaque année à l’attention des communes et des groupes de citoyens s’investissant en faveur des chemins et sentiers.

La réhabilitation du vicinal entre Strivay et Plainevaux et du sentier n°36 entre le vicinal et la Grand’ Route rend possible la poursuite d’un balisage inter-villages et inter-hameaux démarré en 2008 entre Rotheux – La Salle – Bonsgnée et Strivay, en complétant cette année par Strivay – Plainevaux – Rotheux permettant une balade en boucle de 10,5 km entre ces villages et hameaux neupréens .
Considérant que le groupe de bénévoles du Groupe Sentiers sont disponible pour l’organisation d’une participation à cette action en ce mois d’octobre.

Le départ se fera de l’école communale à Rotheux, le dimanche 28/10/2012 à 13h00.

La balade se terminera par un goûter convivial au réfectoire de l’école communale de Rotheux.

Bienvenue à tous, soleil et succès assurés

Jean-Pascal D’Inverno
1er Echevin ayant en charge la mobilité

un skate park à 60 000€ !

Il faut rendre aux jeunes ce qui est aux jeunes !

Suite à plusieurs réflexions parues sur le net au sujet du skate park, je voudrais dire la vérité !… Le projet skate park vient du Conseil Communal des Enfants et de lui seul. J’ai  été interpellé en tant qu’Echevin des Sports et de la Jeunesse par ce Conseil sur la  faisabilité d’un tel projet.

 

Avec l’ensemble du Collège, nous avons soutenu ce projet et maintenant nous le réalisons.

60 000€ raisonnable ? Oui, si on fait quelque chose on ne le fait pas à moitié.

A charge de la commune ? Non, 75 % des 60 000€ seront financés via un subside d’Infrasports. La charge communale n’est donc que de 15 000€.

Plus personne ne fait du skate ! C’est faux, beaucoup de jeunes et d’enfants ont envie  d’en faire mais si rien n’existe, pas facile de le pratiquer.

Pour conclure, je dis à ceux qui essayent de reprendre ce projet à leur compte, ou de dire  qu’ils ont eu l’idée, qu’ils feraient bien de trouver de nouvelles idées ou de nouveaux projets et non de reprendre les idées des autres.

Bien à vous,

Frédéric CRUNEMBERG,
Echevin de Sports et de la Jeunesse